1978 Le Groupe de Recherche Image de l’INA


En février 1977 André Martin quitte le CRTC et  revient en France fin 1977, Il était parti au Canada pour deux ans il y a résidé 11 ans. A 53 ans il intègre le Groupe de Recherche Image de l’Institut National de l’Audiovisuel d’où il va pouvoir colporter un nouveau regard sur l’Animation dont il suit  avec attention les évolutions. 
André Martin alerte très vite sur l’importance des nouvelles technologies et notamment sur l’image de synthèse qui se développe rapidement aux Etats Unis. 
Parallèlement, il cherche à dynamiser les échanges entre l’INA et le Ministère des communications au  Canada où Pierre Juneau successivement sous-secrétaire d’état et sous-ministre des communications à cette époque. Un accord de coopération est conclu en 1980 entre le président de l’INA, Gabrielle de Broglie et Pierre Juneau.
A l’aube des années 80,  c’est l’effervescence dans la production audiovisuelle, Le traitement vidéo des images et les images de synthèses émergent.
L’INA développe depuis 1975 le système Psyché, prototype pour l’animation 2D avec lesquelles sont produites des images et des animations 2D.
 

30 Images Psyché 2.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 1977, le département de la recherche prospective de l’INA a la charge, d’organiser chaque année, le Forum International sur la télévision au sein de ce festival.  En 1982, André Martin a carte blanche pour organiser un forum sur ces nouvelles techniques de  génération d’images qu’il essaie de promouvoir en permanence. Dans leur bureau de l’INA, André Martin, Joëlle Chaussemier et Pierre Chevalier se démènent pour préparer ce forum avec les mêmes interrogations que 26 ans plus tôt pour la préparation des premières JICA.
Présidé par Antonioni, le forum malgré quelques problèmes technique, la réception quasiment le jour même des oeuvres, est un succès et rassemble 430 personnes, des chercheurs universitaires et des réalisateurs d’Europe mais également des américains avec la participation de Bob Abel, Lucas Film et même la NASA. A l’issu de ce premier forum consacré au nouvelles images, le Plan de Recherche Image est lancé afin de développer en France les moyens de création dans ce domaine.

L’émission de radio « le monde contemporain » de France Culture de mars 1982 est consacrée au festival de télévision de Monte-Carlo. Dans un contexte où les animateurs sont plutôt déprimé par la qualité de la télévision,   André Martin commente avec enthousiasme l’apparition des nouvelles images et de ses simulations de voyages dans l’espace. Il annonce l’arrivée de nouveaux créateurs et prédit un impact important sur les oeuvres audio-visuelles.

La même année André Martin réalise pour l’INA et en collaboration avec la Sogitec, le premier court métrage français entièrement synthétique (images et musique). Ce film poétique a été réalisé avec un simulateur de vol et avec des moyens techniques qui apparaissent  dérisoires aujourd’hui. Ce court-métrage a  montré la voie d’une création artistique en France aux moyen de  l’image de synthèse en 3 dimensions. La musique composée par Geneviève Martin est également entièrement synthétique et réalisée sur le système 4X de l’IRCAM.

31 Maison Vole2.jpg
Photographie collection Geneviève et André Martin : Maison Vole 

 

 

 

 

 

En 1983, le deuxième forum devient le forum devient le forum international des  nouvelles  images et se développe. Le forum se développe en accueillant 600 personnes. Steven Lisberger y présente Tron, film révolutionnaire à l’époque combinant prise de vue réelle et image de synthèse.
Benoit Mandlebrot y fait une superbe conférence sur les formes fractales. Pierre Juneau, alors président de Radio-Canada participe au festival.
 

 


On y projette Maison Vole et également d’autres  réalisations française comme “Humanonon” réalisé par  Michel François sur le logiciel  logiciel Phoebus.

 

34 Humanonon-01-1K.jpg
 

 

 

 

André Martin participe également à cette époque au festival d’Annecy. Il essaie d’y promouvoir les nouvelles images mais le monde de l’animation rejette unanimement ces techniques “qui ne sont pas de l’animation”. Il n’est donc pas possible des les inclure dans les films sélectionnés. André Martin, convaincu qu’il est impossible d’ignorer ces nouvelles oeuvres, organise, des projections en dehors du festival pour en montrer le potentiel. La suite lui donnera raison mais quelques années plus tard …
On retrouve également la  vision prospective d’André Martin dans l’émission de France Culture “Le cinéma des cinéastes », à écouter ici, de Claude-Jean Phillippe de mars 1983 sur le film sans soleil de Chris Marker. Claude-Jean Philippe et André Martin sont de la même génération, la génération des ciné-clubs. André Martin revient sur les journées du cinéma,  les festivals d’Annecy et de Tours , les cahiers du cinéma. Mais il nous livre surtout un témoignage enthousiaste sur la navigation dans les contenus en parlant du vidéodisque développé par le MIT. Dans un échange complice avec Claude-Jean Philippe, André Martin prophétise les possibilités immenses de  ce qui deviendra internet donnant accès à “toute la mémoire du monde » et a des possibilités de création sans limite connue.

Par la suite André Martin est victime d’un accident cérébrale qui diminue ses capacités physiques. C’est Philippe Quéau qui reprend l’organisation du festival. Il continue néanmoins à écrire des articles et à participer aux forums. En 1986 il participe à la remise des prix.

35 1986 5e Forum International des Nouvelles Images.jpg
 

 

 

 

En 1985, il fait une conférence à Marseille sur Norman McLaren. Il y commente les films de McLaren dos à l’écran uniquement guidé par le son  !
 

36 1985 11 21 Norman McLaren et le Cinéma Imprévisible couv .jpg
Documents collection Geneviève et André Martin : conférence d’André Martin sur McLaren - 10-1985 . 
 

 

 

 

37 Dossiers de l_audiovisuel no10 Cover.jpg
Dossier de l’audiovisuel no10 de l’INA sur le dessin animé - 12-1986.

 

 

 

André Martin diminué par la maladie quitte finalement l’INA pour goûter un repos bien mérité  parmi les siens.

4 Octobre 1994 « Tous les voyageurs changent de train »

Le 4 octobre 1994, André Martin nous quitte. « Tous les voyageurs changent de train » et ne peuvent plus le suivre.   Il leur laissent des films d’animations, des courts métrage, plus d’une centaine d’article sur le cinéma, le cinéma d’animation, les « communications sociales » fruit de 50 ans de passion continue et une vision prospective toujours actuelle.

André Martin, héraut et militant pour l’existence du cinéma d’animation a été son « Saint-Patron » pendant 50 ans. Ces textes continuent d’éclairer, de toute sa flamme, la relève pour qu’elle continue  a écrire et décrire l’histoire du cinéma d’animation.

38 andré Martin Ottawa 75-2.jpg

Photographie Clément Martin : André Martin en 1975,
Parc de la Gatineau. Province de Québec. Canada

 

 

 

Clément MARTIN,