Donc beaucoup des films de 2017 ont continué à avoir une belle carrière en 2018 vous retrouvez la liste ici

A voir absolument cette année pour celles-ceux qui n’aurait pas pu le voir encore: Roughhouse  de Jonathan Hodgson 

Le retour du réalisateur à un format plus classique pour une histoire très forte.

Roughouse.jpg
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a eu bien sur cette année des confirmations avec III de Marta Pajek et La Chute de Boris Labbé 

III.jpg
III - Marta Pajek

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LaChute.jpg
La Chute de Boris Labbé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un film qui n’a malheureusement pas été sélectionné dans beaucoup de festival, même si il a commencé sa carrière au prestigieux Festival de Berlin, le superbe troisième film de Vergine Keaton: Le Tigre de Tasmanie

TigreTasmanie.jpg
Le Tigre de Tasmanie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux noms qu’il faut continuer à suivre: Bastien Dupriez, qui a confirmé cette année avec Aérobie tout le bien que je pense de son cinéma, et l’incroyablement talentueuse :) Paulina Ziolkowska avec Na zdrowie! nous montre sa formidable diversité de ton, de styles …

Suivre un-e auteur-e c’est aussi à travers leurs productions autres que films, ici un clip de Ryo Orikasa (Datum Point)

 

Dans les autres coup de coeur de cette année le magnifique Le marcheur de Frédéric Hainaut, sur l’engagement. Une animation d’une grande force, un texte magnifique, un très grand film qui colle à l’actualité et qui j’espère sera un jour disponible sur internet.

A noter aussi dans le coté film politique 
Ce Magnifique gâteau d’Emma de Swaef et Marc-James Roels
, peut-être moins pour sa fin, que pour les 20-25 premières minutes du film qui sont glaçants sur les méfaits du colonialisme.

Des belles surprises moi qui ne suis plus très fan de son cinéma depuis de nombreuses années, le nouveau film de Rosto, Reruns. Un film d’une grande tendresse tout en restant dans ce style si caractéristique au réalisateur. Et Je sors acheter des cigarettes d’Osman Cerfon

. Pareil que pour Rosto le style visuel d’Osman Cerfon se reconnait mais un changement dans le style de récit permet un film très touchant et fort.

D’autres films que j’ai bien aimé cette année: L’après-midi de Clémence Lénaïg Le Moigne, La Fenetre fermée de Jean-Baptiste Peltier, L’Homme pressé d’Hazel Renoir /Emeline Perrin, A Fly in the restaurant de Xi Chen et Xu An, Off season de Láng Orsolya, Passage de Simon Feat, Bloeistraat 11 de Nienke Deutz

 et Ulysse de Shu Cao


Pour la fin de ce Best of une belle révélation d’un nom qu’il va falloir suivre: A Love letter to the one I made Up de Rachel Guttgarts