Merci à tous les participants, aux gens qui ont envoyé leurs films, aux studios, réals qui nous ont fait confiance, aux spectateurs-trices.

Le PIAFF a fêté ses 10 ans avec de nombreuses séances pour enfants, toujours remplies, et des séances pour adultes en augmentation par rapport à l’année dernière en moyenne par séance (même si cette année il n’y a pas eu de séance populaire comme Lastman).

Une déception quand même car de nombreuses personnes s’étaient plaintes de la concordance des dates entre le Cartoon Forum et le PIAFF, on a déplacé les dates mais presque aucune (merci Nicolas d’avoir été toi présent) de ces personnes n’est venues. Et malgré les nombreux studios, écoles etc … qu’il y a à Paris, encore peu de gens se déplacent. On espérait tous que ça changerait petit à petit mais c’est très faible. Il faut croire que les gens aiment faire de l’animation mais pas forcément en voir :) Tant pis il faut toujours aller chercher le public ailleurs.

Bon heureusement un noyau d’habitués et beaucoup d’anciens élèves que j’ai pu avoir dans différentes écoles sont venus, merci beaucoup à eux. La présence de gens venant d’un peu plus loin que Paris comme Gilles Cuvelier ou Claude Barras ont permis de donner au PIAFF un véritable air de festival.

On a fêté Train Train (avec notamment l’avant-première mondiale de (Fool Time) Job de Gilles Cuvelier), beaucoup ont découvert le cinéma de Fréderick Tremblay (avec son dernier film Toutes les Poupées ne pleurent pas) et la séance de 2h30 avec Claude Barras était d’une richesse incroyable.

C’est à priori, comme je l’ai annoncé lors de la soirée de clôture, ma dernière année en tant que Directeur Artistique du festival. La deuxième et déjà dernière ? Si j’ai de la chance d’être appuyé dans toutes mes demandes par Sylvie Dimet, la créatrice du festival, le peu d’effort fait par les pouvoirs publics et autres nous empêchent de faire le festival que nous aimerions faire … et tout simplement de se payer un peu (nous sommes aujourd’hui tous bénévoles).
J’en suis triste car un festival d’animation compétitif, dans la ville qui a vu naitre le cinéma d’animation avec Emile Reynaud, me semble une telle évidence. Et puis en deux ans je pense qu’on a senti le développement et l’évolution du PIAFF. J’espère tellement que des investisseurs privés, puisque le public ne fait rien, se penche sur le PIAFF pour continuer à le faire grandir.

Un dernier merci à mes trois jurys (en plus des deux présents dans le catalogue - à consulter ici, le jury Commande était constitué de Marion Le Guillou, Thomas Machart et Anaïs Gauchot) et au public pour ce très beau palmarès. A (re)découvrir ici

Et cette année on a commencé le festival avec le très beau nouveau clip de Joseph Wallace pour les Sparks. Making of ici

 

Affiche_PIAFF_2017.jpg