Oui ce n’est pas la première fois que je vous dis ça.

Mais là je pense qu’une vraie lassitude de voir le site petit à petit devenir un site de news plus que de contenu s’est installée. Et aussi de ne plus partager avec vous autre chose que de l’animation. Ou si peu.

Donc à la rentrée changement de cap pour Zewebanim. Des news toujours certes. Mais aujourd’hui les sites qui proposent des news sur l’animation sont plus nombreux qu’au moment de la création de ce site, il y en a donc moins besoin. 
Ce que je vais donc essayer de faire c’est de mettre plus en avant ce que je fais lors de mes discussions en festivals, en cours etc … A savoir parler du monde de l’animation, des choses que j’aime et des choses qui me gênent, réfléchir sur le cinéma, sur le mouvement, sur toutes ces composantes d’un Art qui me passionne depuis un certain temps maintenant.

J’ai toujours eu envie de le faire mais jamais passé le pas. C’est que je sais que ma prose n’est pas très littéraire, elle n’est pas forcément de celle qu’on lit. J’ai l’habitude de m’exprimer un peu de la manière dont je parle pour ceux qui me connaissent. Encore récemment j’ai écrit un texte sur un film pour un livre et celui-ci a été pas mal repris.

Il fallait donc que je passe au-dessus de cette barrière, que les idées développées soient peut-être plus importantes que la forme. Bon ça ne veut pas dire écrire n’importe comment non plus. Je vais faire attention bien sur et j’espère tenir un bon rythme d’articles.

Mais l’idée était aussi de donner la parole à d’autres personnes sur Zewebanim. Pendant toutes ces années, à de rare exception, je suis le seul qui me suis exprimé ici. L’idée est de changer ça en vous proposant une nouvelle rubrique: Parole Animée


L’idée est de proposer aux personnes travaillant dans l’animation à travers un texte, pas forcément très long de nous faire part d’un point de vue, d’une réflexion. Et bien sur de permettre aux lecteurs de pouvoir réagir dessus. 
Ce seront des textes écrits, comme le premier qui inaugure cette section, ou cela pourra prendre d’autres formes auxquelles je réfléchis encore, comme une question que je pourrais poser à quelqu’un sur un sujet particulier de la création du cinéma d’animation.

On commence par un texte d’une jeune réalisatrice: Justine Vuylsteker.



Son premier film, Fish don’t need sex, a été réalisé lors de ses années d’études à l’ESAAT. 


Partant d’une musique de Marconi Union, Glace Bay, elle a imaginé un corps à corps amoureux. Simple. Pas de début, pas de fin. “Juste” deux corps qui prennent du plaisir. 
On sait la difficulté de la représentation du corps en animation. Qu’en est-il de la lourdeur de nos corps que la gravité cloue au sol, de la texture de la chair qui peut nous faire ressentir une infinie gamme de sensations.
Mais l’image par image peut justement permettre de traduire différemment ces sensations. Ici par la légèreté, la subtilité des formes. Le non-montré permet alors de mieux ressentir.


Mais aussi par la matière, surement l’une des forces du cinéma de Justine Vuylsteker, comme nous le démontre ses deux films suivants.



Paris, dans la collection En Sortant de l’école. Le parcours d’un aveugle dans son Paris. 
Le film mélange abstraction en sable animé, et déambulation dans la ville en papier découpé et végétation. Comme en apesanteur nous traversons cette ville avec cet homme qui ne la voit pas et pourtant la ressent d’une manière, qu’ici l’animation, tente de nous faire appréhender. La bande son, allié de cette homme dans l’amour quotidien de sa ville, devient dans ce film, pour nous aussi, une complice qui nous aider à aller au-delà de notre vision.  



Le second est une film de commande pour la plateforme Ted et raconte le parcours d’une femme réfugié. On retrouve le travail distinctif de la réalisatrice notamment dans les plans en plongée ou le plaisir de la matière donc (avec ici l’arrivée de la farine qui donne une texture particulière à certains plans) mais aussi une réflexion autre, notamment la narration.



Justine Vuylsteker travaille actuellement à son nouveau film Etreintes sur l’écran d’épingles.



Vous retrouvez tous ses films sur son site: justinevuylsteker.com

Elle a crée aussi deux bannières pour Zewebanim dont celle ci-dessous.



Je vais laisser le texte pendant tout l’été, les lecteurs-trices étant moins nombreux pendant les grandes vacances. Si vous avez des idées ou des envies de publications n’hésitez pas à me joindre: infozewebanim@gmail.com

L’idée de ce changement de direction pour le site est d’essayer de combler un peu le manque d’écrits sur le cinéma d’animation. Un contenu universitaire existe de plus en plus mais peu d’espace de discussion et de donner aussi la parole, par l’écrit et non pas seulement au travers d’interviews, à ces créateurs-trices qui font de l’image par image cet Art si important. 


 

zewebanim04.jpeg