Les bons chiffres de Ma Vie de Courgette (600 000 entrées) ne doivent pas faire oublier que d’autres longs sont en salles et on besoin de tout le soutien nécessaire.

Défendons ces films qui montrent la diversité des longs-métrages d’animation. C’est aussi par cela que passe la cinéphilie en long-métrage animée. Voir, discuter, débattre de ces films. Les aimer ou ne pas être convaincu par eux. Quand j’ai commencé à aimer le cinéma je voyais le plus de films possibles pour pouvoir me positionner, comprendre le cinéma que je préférais.

Pour les gens qui aiment les long-métrages animés il y en a encore peu qui sortent en salles il est facile d’aller voir la dernière grosse production hollywoodienne, le petit film d’auteur européenne, la dernière sensation japonaise … Et le films d’auteur fauché américain, la production d’une franchise japonaise et le dernier film du réalisateur reconnu européen (et bien sur toutes les autres nombreuses combinaisons possibles).
Bien sur que tout le monde ne va pas le faire et que certains restent attachés à un certain type de cinéma sans vouloir tenter d’autre chose. Mais avec le nombre de gens qui font de l’animation en France, le nombre de cinéphiles, de personnes qui voient le cinéma comme un art … vous n’allez pas me dire que seul un film d’animation un peu différent par an peut attirer du monde.

Oui j’adore le court-métrage et c’est surement la forme que je préfère pour le cinéma d’animation mais il y a un nombre important de longs-métrages que j’adore et j’aime l’idée que je puisse en découvrir d’autre qui me permette d’élargir mon champ de vision ou conforter les choses que j’aime déjà.

Oui allez voir ces films, faites les découvrir aux gens autour de vous. Personne n’a envie de vivre dans un monde où un seul type de cinéma existe. Après la longue période de domination Disneyenne il y a eu un premier sursaut du long-métrage animé dans les années 60 et 70 qui est malheureusement retombé. Essayons de faire perdurer ce nouvel élan né un peu avant le début du 21éme siècle.

Nous avons besoin d’une production de long-métrage animé qui va de la production à tout petit budget La Jeune Fille sans mains ou Le Garçon et le monde (moins de 500 000 euros) à des grosses productions. Il en est ainsi pour la prises de vues continues pourquoi pas pour l’image par image. 

Et pour cela il faut que plus de spectateurs se déplacent dans les cinémas pour voir ces films.

jeunefillesans_mains.jpg
 
louise-en-hiver.jpg