FR

Sur le devant de la scène

De la pub

comme j’aimerais en voir tout le temps

Je suis un grand fan de Zappa et quand il s’associe avec un cinéaste (ici Ed Seeman) pour faire une pub ça donne quelque chose de plutôt réjouissant.
Et donc forcément pour le Devant de la scène de Zewebanim.

pubzappa.jpg
 

 

Sans commentaire pour le moment

Sélections PIAFF 2017

et présentation succincte du programme

C’est la deuxième année où j’ai la difficile tâche d’être directeur artistique du PIAFF. Ce festival mené et conçu à bout de bras par Sylvie Dimet il y a maintenant 10 ans.
Je l’ai déjà dit mais, à moins d’un miracle (plus de la ville de Paris ça je n’y crois pas) mais plutôt qu’une autre ville affirme son intérêt pour le festival, ce sera ma dernière année au sein de ce beau festival.
Je termine ces deux festivals épuisé, mais ravi d’avoir participer au coté de Sylvie, à une entreprise qui me semble si importante: fabriquer un festival d’animation à l’heure ou ce cinéma commence à prendre une ampleur sans égale depuis le début de sa création. Mais faire un festival sans argent ou presque est une tâche trop complexe.

Au programme cette année encore des invités passionnants, des séances qui me tenaient à coeur de vous présenter.

Nicolas Deveaux pour sa série Athléticus, Arthur de Pins pour Zobillenium ouvriront le festival. Les deux réalisateurs, qui seront accompagnés de leurs deux producteurs, ont été découverts, par un grand nombre de gens, au milieu des années 2000 grâce à leurs courts. Il est intéressant de voir leur parcours depuis ce temps là. La Geidai, célèbre école japonaise, sera à l’honneur avec un Best of et quelques films récents. La résidence de Fontevraud avec un magnifique programme de courts-métrages pour fêter ses dix ans. Le PIAFF fêtant ses 10 ans aussi, j’ai essayé de réunir, tant que faire se peut, des structures étant nées au même moment. C’est le cas des lillois du Studio Train Train. Ils seront presque tous présents au Théâtre de Ménilmontant pour fêter leur dix ans avec un best of, des extraits, et une discussion avec le public. Marc Aguesse revient cette année pour nous présenter une séance le samedi soir (programmation à venir). Je suis ravi de pouvoir vous présenter, grâce à Jean-Baptiste Garnero, la séance Peter Foldes qui a été présentée lors du dernier festival d’Annecy. Raretés et films plus connus pour (re)découvrir l’un des réalisateurs les plus importants des années 70.
Coup de projecteur sur un métier important: Décorateurs. Avec deux personnes, dont j’ai pu mieux découvrir le travail lors d’une conférence à Fontevraud, Zyk et Zaza. Nous reviendrons avec eux sur 10 films importants de leur carrière de Persépolis au Grand Méchant Renard en passant par Ernest et Célestine. Pour la première année une séance de Pitch (dont vous retrouverez l’appel sur notre page Facebook) et une table ronde sur Comment mener à bien un projet de court-métrage avec la Maison du Court et le CNC.
Pour les 10 ans il fallait un invité spécial c’est le réalisateur de Ma Vie de Courgette, Claude Barras, qui nous fera la grand plaisir d’être avec nous pour discuter de son parcours et bien sur de ses films.

Et puis le PIAFF c’est aussi des sélections. Une partie réalisée par Sylvie Dimet: Jeunesse, Films d’Ateliers et la séance “Et Pourtant …” qui réunit des films que je n’ai pas sélectionné. Je les posterais bientôt.
Et puis les 4 autres sections: Pro, Etudes, Commande et Le Monde entier fait de l’anim. Je m’occupe de ces compétitions là, ça a été difficile cette année mais voilà depuis une semaine c’est fait. Les gens concernés ont été notifiés de la sélection donc je peux vous la livrer aujourd’hui sur Zewebanim.

Compétition Pro:


Séance 1:



Air Vif de Pierre Grillère

Jungle Taxi de Hakyun Kim

L’Horizon de Bene de Jumi Yoon et Eloic Gimenez 

Le Fil d’Ariane de Claude Luyet

Lost Summer Vacation de Yoko Yuki

Buddy Joe de Julien David

Locus d’Anita Kwiatkowska -Naqvi

Morning Cowboy de Fernando Pomares

La Maison vide de Dahee Jeong


Séance 2:

Casino de Steven Woloshen 

Alphonse s’égare de Catherine Buffat et Jean-Luc Greco

La Bêtise de Thomas Corniveau
Les Poupées ne pleurent pas de Frédérick Tremblay

The Fish Curry d’Abhishek Verma

Miller Fisher de Faiyaz Jafri 

Vilaine Fille d’Ayce Kartal
 
Diamenteurs de Chloé Mazlo


Séence 3:

Airport de Michaela Müller

Je ne sens plus rien de Noémie Marsilly et Carl Roossens

(Fool) Time Job de Gilles Cuvelier

Orogenesis de Boris Labbé  

La Bataille San Romano de Georges Schwizgebel

Impossible figures and other stories II de Marta Pajek

Ugly de Nikita Diakur

Min Börda de Niki Lindroth Von Bahr 

(sous réserves)

Compétition Film d’études:

Séance 1:

Au commencement était la mer de Charlotte Arène
Conversations de Emilija Juzeliūnaitė
Call of cuteness de Brenda Lien
Cimvicvim de Naprstek Marek
Antartica Jeroen Ceulebrouck
Stockholm de Jean-Baptiste Aziere, Victor Chavanne, Thomas Némery, Morgane Perrin and Camille Roubinowitz
Lotus lantern de Xingpei Shen
Les Courgettes de la Résistance de Mélissa Idri, Benoit Lecailtel, Ivana Ngamou, Come Balguerie
Delicatessen de Fenglin Chen

Gokurasama de Clémentine Frere, Aurore Gal, Yukiko Meignien, Anna Mertz, Robin Migliorelli, Romain Salvini
Petite mort d’Antoine Bieber
Play House de Yu Yu
Summer’s Puke is Winter’s Delight de Sawako Kabuki
Dernier âge de Biju Charlène, Lahourcade Alice, Leterrier Isis, Llonch Thibault et Lingxi Zhang
Yummy de Wan Fen

Séance 2:

Gone de Tom Denney
Aeon de
Ryotaro Miyajima
Laymun de Catherine Prowse
L’Affaire Basse-le loup de Thomas Machart
On the roof d’Izzy Liberti
DIY Boobzilla de Leahn Vivier-Chapas
Emerge de Lucil Lepeuple, Margot Cardinael, Zoé Caudron, Benjamin Bouchard, Camille Gras et Marine Boudry
Ming de Danski Tang
The Fall d’Yiran Guo
Pool d’Elise Simoulin
Oh Mother! de Paulina Ziółkowska
Wintering de Louis Roy
Projection sur canapé de Violette Delvoye
Good night, Everybuds! de Benedikt Hummel

 

Compétition « Le Monde entier fait de l’anim »

Samt (Silence) de Chadi Aoun 

Choke de Suthawee Chotrattanasak 

Homecoming of the Goddess of wealth de Swati Agarwal 

Kaaka Koode (Nid de corbeau) de Amritha R Warrier 

Ayny de Ahmad Saleh

Tokri (The Basket) de Suresh Eriyat
The Art of aping d’Ananya Anil

Missing d’Emilio Ramos

The Cage de Patr Tekittipong 

Li.le de Natia Nikolashvili


Compétition Commande

Athleticus de Nicolas Deveaux
« That ball » by Santoré de Mathilde Bédouet
The 5 moons de Léa Fabreguettes
From grain to sand d’Armin Assadipour
My Research de Charlie Mars
Gastaloops de Nicola Gastaldi
Comment va ta prostate ? de Jeanne Paturle et Cécile Rousset
The Evil de Carlon Hardt
Inhibitum d’Atelier Collectif Zorobabel
Can you decide de Lu Pulici
Sea de Tsikhanovich Marharita
Porter des choses d’Helmut Breineder
Šventinis bankuchenas - Lietuvos istorijos repas de Lukas Sidlauskas
Kite de João Pombeiro
Ceci n’est pas un trou de Thocaven Lucie
Mark Lotterman - Happy d’Alice Saey
Nou Nen feat.utae de Sawako Kabuki
The Junction - Chilly Gonzales & Peaches de Patrick Doyon
Higgs Boson Blues de Pauline Flory
New Note de Léa Fabreguettes
A Gentleman in Moscow de Delphine Burrus

 

Sans oublier un grand merci à Jean-François Laguionie pour cette superbe affiche qu’il nous a offert pour notre dixième anniversaire.

Affiche_PIAFF_2017.jpg
Cliquez sur l’affiche pour la voir en plus grand








 




 



 

Sans commentaire pour le moment

Changement de contenu pour Zewebanim

Plus centré sur l’écriture et l’analyse et donner la parole à d’autres personnes

Oui ce n’est pas la première fois que je vous dis ça.

Mais là je pense qu’une vraie lassitude de voir le site petit à petit devenir un site de news plus que de contenu s’est installée. Et aussi de ne plus partager avec vous autre chose que de l’animation. Ou si peu.

Donc à la rentrée changement de cap pour Zewebanim. Des news toujours certes. Mais aujourd’hui les sites qui proposent des news sur l’animation sont plus nombreux qu’au moment de la création de ce site, il y en a donc moins besoin. 
Ce que je vais donc essayer de faire c’est de mettre plus en avant ce que je fais lors de mes discussions en festivals, en cours etc … A savoir parler du monde de l’animation, des choses que j’aime et des choses qui me gênent, réfléchir sur le cinéma, sur le mouvement, sur toutes ces composantes d’un Art qui me passionne depuis un certain temps maintenant.

J’ai toujours eu envie de le faire mais jamais passé le pas. C’est que je sais que ma prose n’est pas très littéraire, elle n’est pas forcément de celle qu’on lit. J’ai l’habitude de m’exprimer un peu de la manière dont je parle pour ceux qui me connaissent. Encore récemment j’ai écrit un texte sur un film pour un livre et celui-ci a été pas mal repris.

Il fallait donc que je passe au-dessus de cette barrière, que les idées développées soient peut-être plus importantes que la forme. Bon ça ne veut pas dire écrire n’importe comment non plus. Je vais faire attention bien sur et j’espère tenir un bon rythme d’articles.

Mais l’idée était aussi de donner la parole à d’autres personnes sur Zewebanim. Pendant toutes ces années, à de rare exception, je suis le seul qui me suis exprimé ici. L’idée est de changer ça en vous proposant une nouvelle rubrique: Parole Animée


L’idée est de proposer aux personnes travaillant dans l’animation à travers un texte, pas forcément très long de nous faire part d’un point de vue, d’une réflexion. Et bien sur de permettre aux lecteurs de pouvoir réagir dessus. 
Ce seront des textes écrits, comme le premier qui inaugure cette section, ou cela pourra prendre d’autres formes auxquelles je réfléchis encore, comme une question que je pourrais poser à quelqu’un sur un sujet particulier de la création du cinéma d’animation.

On commence par un texte d’une jeune réalisatrice: Justine Vuylsteker.



Son premier film, Fish don’t need sex, a été réalisé lors de ses années d’études à l’ESAAT. 


Partant d’une musique de Marconi Union, Glace Bay, elle a imaginé un corps à corps amoureux. Simple. Pas de début, pas de fin. “Juste” deux corps qui prennent du plaisir. 
On sait la difficulté de la représentation du corps en animation. Qu’en est-il de la lourdeur de nos corps que la gravité cloue au sol, de la texture de la chair qui peut nous faire ressentir une infinie gamme de sensations.
Mais l’image par image peut justement permettre de traduire différemment ces sensations. Ici par la légèreté, la subtilité des formes. Le non-montré permet alors de mieux ressentir.


Mais aussi par la matière, surement l’une des forces du cinéma de Justine Vuylsteker, comme nous le démontre ses deux films suivants.



Paris, dans la collection En Sortant de l’école. Le parcours d’un aveugle dans son Paris. 
Le film mélange abstraction en sable animé, et déambulation dans la ville en papier découpé et végétation. Comme en apesanteur nous traversons cette ville avec cet homme qui ne la voit pas et pourtant la ressent d’une manière, qu’ici l’animation, tente de nous faire appréhender. La bande son, allié de cette homme dans l’amour quotidien de sa ville, devient dans ce film, pour nous aussi, une complice qui nous aider à aller au-delà de notre vision.  



Le second est une film de commande pour la plateforme Ted et raconte le parcours d’une femme réfugié. On retrouve le travail distinctif de la réalisatrice notamment dans les plans en plongée ou le plaisir de la matière donc (avec ici l’arrivée de la farine qui donne une texture particulière à certains plans) mais aussi une réflexion autre, notamment la narration.



Justine Vuylsteker travaille actuellement à son nouveau film Etreintes sur l’écran d’épingles.



Vous retrouvez tous ses films sur son site: justinevuylsteker.com

Elle a crée aussi deux bannières pour Zewebanim dont celle ci-dessous.



Je vais laisser le texte pendant tout l’été, les lecteurs-trices étant moins nombreux pendant les grandes vacances. Si vous avez des idées ou des envies de publications n’hésitez pas à me joindre: infozewebanim@gmail.com

L’idée de ce changement de direction pour le site est d’essayer de combler un peu le manque d’écrits sur le cinéma d’animation. Un contenu universitaire existe de plus en plus mais peu d’espace de discussion et de donner aussi la parole, par l’écrit et non pas seulement au travers d’interviews, à ces créateurs-trices qui font de l’image par image cet Art si important. 


 

zewebanim04.jpeg
 

 

Sans commentaire pour le moment

PAROLE
ANiMÉE

Alexis cède la parole. C'est rare : profitons en...

Justine
Vuylsteker

réalisatrice

La Schizophrénie nécessaire du Réalisateur d’animation

Si vous demandez à Sébastien Laudenbach pourquoi, dans son film La jeune fille sans mains, le Prince mange un bout de sa femme … il vous répondra qu’il ne sait pas. Que dans ce film qui s’est dessiné au jour le jour, il n’a pas décidé de ce plan; que le plan s’est décidé tout seul. Que le film lui a dicté. Ces propos, ne sont pas sans rappeler les remarques que tiennent parfois les animateurs de volume lorsqu’ils évoquent le refus des marionnettes à faire tel ou tel mouvement. Voire même; qu’elles les surprennent par des gestes de leur inspiration à elles. Et ces propos, qui racontent la prise de pouvoir et de contrôle par la matière, sont également ceux que je tiens lorsque je parle de ma pratique, et en particulier de mon travail avec l’écran d’épingles.

 

Qu’elle est donc cette étrange dynamique qui nous pousse, nous, réalisateurs de court et long-métrage d’animation, à exprimer cet abandon du contrôle de notre film. Qu’est-ce qui nous pousse à nous laisser ainsi déposséder de notre rôle de réalisateur par la matière que l’on est sensé diriger ?

[...]

lire l'article complet de Justine Vuylsteker

Sans commentaire pour le moment

Emission Bulles de rêves du mardi 27 juin 2017
Radio Libertaire 89.4 Mhz

Bulles de rêves Spécial Festival d'Annecy

avec un débat critiques et Amid Amidi

Comme depuis quelques années j’anime un débat critiques la samedi matin pendant les cafés-croissants aaa. cette année autour de la table Marco De Blois (Cinémathèque Québecoise), Nicolas Thys (24 images), Francis Gavelle (Les Fiches du cinéma), Florian Deleporte (Studio des Ursulines), Antoine Lopez (Festival Clermont-Ferrand) et Nicolas Burki (Focus on animation)

Vous entendrez aussi le début de l’interview d’Amid Amidi de Cartoon Brew.

C’est une émission qui est passée l’après-midi même et je remercie infiniment le réalisateur de l’émission qui a réussi a vaincre les ordinateurs de Radio Libertaire pour pouvoir passer l’émission :) 

Vous pouvez la télécharger ici ou l’écouter ci-dessous

 

aaacritiques.jpg
La belle tablée critiques (photo blog aaa)

 

Retrouvez une liste des dernières emissions en suivant ce lien

Commentaires fermés

Et aussi...


Brèves et actualités

Plantes étranges

Un site Coréen pour les répertorier

Sans commentaire pour le moment


Brèves et actualités

The noise of licking

en ligne

Sans commentaire pour le moment


Sur le devant de la scène

Nouvelle rubrique de Chris Robinson

pour en savoir un peu plus sur la création de courts

Sans commentaire pour le moment


Brèves et actualités

De l'art de continuer la création

avec Ash to Art

Sans commentaire pour le moment


Brèves et actualités

La Jeune fille sans mains en DVD

depuis mai

Sans commentaire pour le moment


Brèves et actualités

Kirikou et après

Un nouveau livre sur le cinéma d’animation français

Sans commentaire pour le moment

Accéder à une liste exhaustive des articles